Navigation
Accueil > Off field > Le bénévole de la semaine : Benoit Schiltz

Le bénévole de la semaine : Benoit Schiltz

Un club de rugby, ce n’est pas qu’une équipe qui monte sur le terrain le dimanche à 15h00. C’est aussi une armée de bénévoles qui travaillent sans relâche pour le club. Cette petite rubrique sera l’occasion de prendre un peu de temps avec eux, entre un entraînement, un nettoyage de vestiaire, les courses pour la cuisine, la lessive des maillots, l’organisation d’un déplacement, la vérification de la pharmacie…
C’est avec Benoit Schiltz, pilier du club au propre comme au figuré, que nous ouvrons cette rubrique.

Fiche d’identité :

Né le 21 juin 1970 à Montignies-sur-Sambre
Equipes successives : Black star, black star et blackstar.
Poste sur le terrain : Pilier droit ou talon
Poste bénévole : Secrétaire et gestion journalière ainsi qu’entraîneur principal des U14
Surnom : Gros Ben

– Benoit, depuis quand es-tu au Black Star et comment es-tu arrivé dans le monde de l’ovalie ?

-Je suis au Black depuis l’obtention de mon diplôme c’est-à-dire la saison 95/96.
En fait, je ne suis pas venu au rugby, c’est lui qui est venu à moi (rires)… J’ étais au cours d’ encyclopédie de l éducation physique à Louvain-la-Neuve, un mercredi à 13h. C’est à ce moment que les portes de l’auditoire se sont ouvertes et que 5 gars en tenue de rugby sont entrés. Ils cherchaient des gars pour compléter l’ équipe universitaire… avec mon gabarit j ai été désigné volontaire d’office….
Je me souviens bien de mon premier match. A l’échauffement contre les gars de l’ULB je me suis demandé où j’ étais tombé… Avec du tape autour des cheveux, ils hurlaient des phrases du type Come on, Destroy…
C’est là qu’on me dit qu’il faut donner le ballon derrière, et le lâcher quand on est au sol. Je n’en savais pas plus. Et voilà, le kick-off est donné. Première mêlée, je donne mon maillot au 2eme ligne comme on me l’avait dit… Je ramasse des gnons plein la tronche. Je me relève et je veux quitter le terrain… Non non, fais-en encore une me dit-on… Bon allez, c’est bien parce qu’ il y a 5000fr offerts par l’Université pour boire un coup après. …
Je donne mon maillot donc… Et cette fois, le deuxième ligne ne le prend pas, tant pis je rentre ainsi en mêlée et là je vois le poing du deuxième latte qui passe devant ma tronche et bim… droit dans celle de ceux d’en face… Ca m’a mieux plus, j ai achevé le match.

-Quel est ton meilleur souvenir sportif avec le Black Star ?

– Mon meilleur souvenir, c’est cette finale de championnat contre le Kituro 2 à Dendermonde… J’étais déjà un peu déçu qu’ elle ne se joue pas au Heyzel (pour une fois bien sûr!!!!). On s’était donné rendez-vous assez tôt au club. On dresse une table dans la roulotte et on mange ensemble, le jambon gagné à la tombola au stade lors de notre voyage à Saint Loubes. Tout se passe bien en attendant que le car vienne nous prendre avec les supporters pour le déplacement. Non seulement il arrive en retard, mais il ne dispose que de 50 places au lieu de 72… Soit. On se serre. Bien sûr, on se fait arrêter sur l’autoroute par les motards qui avaient remarqué le surnombre….encore du retard de pris.
On arrive à l’arrache… On monte sur le terrain, et on remarque que les joueurs d’ en face s’étaient tous peints les cheveux en vert comme pour nous faire comprendre que le match était déjà plié… On était survoltés et on mène à la mi-temps malgré le fait que 8 joueurs de l’équipe 1 du Kituro étaient sur le pré !!!! Ils l’ont eu dans l’os.
Au retour, rageant toujours contre le chauffeur, on lui arrache un enjoliveur qui fut notre bouclier de Brennus dans le car… Mémorable.

– Et quelle est ta meilleure anecdote avec le Black ?

– Pour l anecdote, ce retour de Dendermonde en fait partie. Sinon, je laisserai à Marcus le plaisir d’expliquer mon entretien avec l’adjoint au maire de Château-Thierry ou encore notre petite frite en revenant de Hesby….

– Quelle est la personne qui t’a le plus marqué au Black Star ?

– La personne m’ayant le plus marqué… il n y a pas photo! C’est un duo. Daniel Robert et Jean-Pierre Pasetti. Ils tenaient le club à eux deux quand j’ai commencé. Ils faisaient tout de A à Z avec une hargne et une passion tellement acharnée qu’ils me l’ont communiquée. Ils ont posé les bases de notre club. C’est toujours un plaisir pour moi de les revoir au coin du bar.

– Qu’est-ce qui te tient le plus à coeur dans le rugby ?

– Ce qui me tient le plus à coeur dans le rugby, c’est son esprit. L’ impression d’avoir une seconde famille, un endroit où tu te sens bien, où il n y a pas de faux semblants. Un lieu où tu peux toujours t’engueuler en réunion et puis boire un pot ensemble et travailler dans le sens de l’autre même si au départ c’était pas ton idée. C’est une soupape qui me permet d’évacuer tout le stress de la semaine et de remettre les compteurs à 0.

– Quelle est ton équipe de rugby préférée ?

– Mon équipe préférée celle pour qui je donnerais tout, c’est la notre, c’est notre club. Comment pourrait il en être autrement ? Sinon, je dirais Perpignan j’adorais leur maillots rouge et jaune , et comme on va en vacances en Catalogne…..
-Et ton joueur préféré ?

– Mes joueurs préférés… Je serais un mauvais père si je taisais les noms d’ Augustin et Édouard… Après, on est toujours assez fier en tant que bénévole de voir un gamin formé chez nous évoluer au haut niveau. Je pense notamment à Maxime Jadot en premier lieu. Je souhaite la même chose à Anabelle et Manon qui viennent d’intégrer l’équipe nationale à 7, ainsi qu’ à Simon qui vient d’obtenir le droit d’intégrer le centre de formation des élites de la LBFR en septembre… C’est tout bénéfice pour le club.
Si tu m’obliges à citer un joueur qui ne soit pas du Black Star, je dirais Keith Wood (ndlr : talonneur de l’équipe irlandaise de 1994 à 2003). J’aimais bien sa gueule et son style de jeu (si Luc nous lit … la tenaille)

Top